15/06/2011

Les élections approchent.........

 

Le soleil est là et la sécheresse avec. Les dégâts commencent à se faire visible : maïs, tournesol... qui ne grandissent, blé doré comme fin juillet, rivières au plus bas, agriculteurs qui se plaignent (comme d’ab !).... Mais aussi, des radars qui poussent de plus en plus sur les bords des routes, des entreprises qui partent à l’étranger, des politiques qui n’ont plus d’idées. Remarquez que pour cette dernière, soleil ou pas soleil, c’est toujours la même chose.

Je sais que nombre de mes collègues paysans ne dorment plus. La crise était bien là pour certains, et cette chaleur risque de finir de les mettre au fond du « trou ». Pour nombre d’autres, c’est le début de beaucoup de questions à se poser : faut-il continuer, faire d’autres types de cultures ou d’élevages, changer sa façon de produire ?…

Pour moi qui suis vigneron, la sécheresse n’est pas un gros souci. Bien au contraire. Pas de pluie, donc pas de maladies dans les vignes. Magré tout, je pense que l’on doit penser globalement et que son « petit nombril » n’est pas la priorité. Nos politiques ne nous parlent que d’économie écologique. En gros, faire de l’argent avec l’environnement. Il faut du bio, du photovoltaïque, du GPL…. Les « bio-opportunistes » naissent de toutes parts.

Pour ma part je pense qu’il faut surtout avoir la volonté de changer les choses. Comment faire confiance à un ex-animateur ou à une ex-juge qui sont arche bouté sur leurs seules idéologies. Comment avoir envie de suivre un parti dit « socialiste » qui ne voit que des individualités se battre en leur seul nom. Comment avoir confiance en un homme qui n’a pas peur de se rapprocher des idées de l’extrême droite et des ses idées de replis sur soi.. La prochaine élection n’est que prétexte à nous noyer sous des tonnes de promesses qui ne seront jamais mis en place.

L’écologie ne doit pas être un prétexte à récupérer des voix. Elle ne doit pas être une simple ligne sur un programme. Elle ne doit pas être réquisionnée par un parti ou par des entreprises.

L’écologie doit être une façon de vivre, une expression de chaque individu. Elle est le seule avenir à notre espèce. Nous devons nous rassembler autour d’elle et ne plus penser en termes de rentabilité ou de gains. Chaque acte de nos gouvernants, de nos responsables économiques et de nous même doivent être pensé de manière écologie.

 Facile à dire quand on a un emploi, un toit et à manger. Malgré tout, les individus qui le peuvent et surtout qui le veulent, doivent être le moteur de cette pensée. Nos enfants nous en voudrons si nous ne faisons rien.

 

15:06 Écrit par lessensdelavie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.